Historique
Make your own free website on Tripod.com
         Accèder           Naviguer            Consulter            Trouver

            Etudier


   

 

  Plan du site

  L'historique des découvertes

  La classification des oeufs fossiles

  Le catalogue des types d'oeufs

  La fossilisation des oeufs
  La conductance des coquilles d'oeufs
  Les nids de Dinosaures
  L'attribution taxonomique

  La pathologie des oeufs

  Les oeufs et l'extinction des Dinosaures

  Les gisements
    Bibliographie
    Géochronologie
     Glossaire

  Initiation à la Paléontologie




Historique des découvertes
 


Les oeufs de Dinosaures Initiation à la Paléontologie

 La montagne Sainte-Victoire



 

En Provence la première mention de la présence de grands ossements fossiles remonte à 1842. Cette année là M. Doublier signalait la présence d'ossements de grandes dimensions appartenant à un "saurien gigantesque" et découverts dans les terrains  " tertiaires " des environs de Fox-Amphoux ( Var ). Les fossiles étaient simplement mentionnés , mais aucune description  n'en fut réalisée.

 

 

C'est au géologue provençal Philippe Matheron que l'on doit la première mention d'oeufs fossilisés attribuables à des dinosauriens dans le Crétacé supérieur de la Basse-Provence. Lorsqu'il entreprit ses longs travaux sur les dépôts fluvio-lacustres du bassin d'Aix-en-Provence , dont il devait démontrer  que la partie supérieure appartenait à l'Eocène ( Tertiaire inférieur ) et la partie inférieure au Crétacé terminal , il accorda une grande attention aux reptiles fossiles, dont la présence dans ces terrains était connue depuis le début du XIXe siècle.

En 1869 il décrivit les fragments osseux  d'un grand Dinosaure sauropode , Hypselosaurus priscus , ainsi que ceux d'un Ornithopode primitif , Rhabdodon priscus , provenant de la base de son étage Rognacien (ainsi nommé en réfenrence au village de Rognac , situé sur les rives de l' Etang de Berre ( Bouches-du-Rhône)).C'est à propos des fragments osseux d'Hypselosaure  que Matheron donne les premières indications sur les oeufs fossiles conservés dans les sédiments crétacés de Provence et dont il avait trouvé des fragments de coquilles dès 1846 : " ... avec les fragments osseux dont je viens de parler , se trouvaient deux grands segments de sphère ou d'ellipsoide , à l'examen desquels plusieurs paléontologistes ont souvent exercé leur patience .Tout bien considéré il paraîtrait que ce sont des fragments d'oeufs .Ces oeufs étaient encore plus gros que ceux que Geoffroy Saint-Hilaire attribue à Aepyornis  ( N.D.L.A : Matheron fait erreur sur ce point ). Les deux fragments dont il s'agit représentent-ils les vestiges de deux oeufs d'oiseaux gigantesques ou sont-ils les restes de d'oeufs d'Hypselosaure. Telle est la question qui reste à résoudre ". Matheron ne devait plus rien publier sur ce sujet , mais il ouvrait un champ d'investigations et un débat qui sont encore loins d'être complètement résolus .

En 1876 Paul Gervais ( 1816- 1879 ) rendit visite à Matheron . Il fut le premier a avoir l'idée de pratiquer des coupes histologiques dans les fragments de coquilles. "Ayant eu  l'automne dernier ces coquilles d'oeufs énigmatiques dans la riche collection  réunie à Marseille par M. Matheron , j'ai eu l'idée de faire l'examen microscopique de leur structure  espérant arriver à résoudre par cet examen la question , restée jusqu'ici sans réponse  de leur véritable origine , et j'ai prié Monsieur Matheron de m'en fournir les moyens , ce à quoi il s'est prêté avec une bonne grâce dont je ne saurais trop le remercier " ( Gervais , 1877 ). Gervais eu l'heureuse idée de comparer les lames minces obtenues avec des fragments de coquilles d'oeufs d'oiseaux , de crocodiles , de tortues et de gecko . Il publia les résultats de ses, observations et de ses comparaisons dans une note intitulée " De la structure des coquilles calcaires des oeufs et des caractères qu'on peut en tirer " (1877 ). De ses analyses effectuées en lumière naturelle et en lumière polarisée , il conclut : " - que les grands oeufs fossiles dans le terrain de Rognac n'ont pas appartenu à un oiseau, mais bien à un reptile de classification indéterminée ayant par la structure de la coquille de ses oeufs une incontestable analogie avec ceux de certains Emydo-sauriens ( ...  )- Que ce reptile , si c'était effectivement l'Hypselosaure de Monsieur Matheron , comme tout porte encore à le faire supposer, avait , sous ce rapport du moins , plus de ressemblances avec les chéloniens que n'en avaient fait supposer les pièces , encore peu nombreuses, que l'on connaît de son squelette "

 
 
 

 

" Page d'accueil "  en plein écran !
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre ! ) 

 

 


Accueil  |  Historique des recherches  |  Les différents types d'oeufs  |  La fossilisation des oeufs | Les nids de Dinosaures | Les oeufs et l'extinction des Dinosaures | Glossaire

CETTE PAGE A ETE MISE A JOUR LE 21/06/04.

Copyright © 2004 Ph. Kerourio. All rights reserved

 

/