Make your own free website on Tripod.com
             Accèder              Naviguer               Consulter              Trouver               Etudier

   

  Plan du site

  L'historique des découvertes

  La classification des oeufs fossiles

  Le catalogue des types d'oeufs

  La fossilisation des oeufs
  La conductance des coquilles d'oeufs
  Les nids de Dinosaures
  L'attribution taxonomique

  La pathologie des oeufs

  Les oeufs et l'extinction des Dinosaures

  Les gisements
    Bibliographie
    Géochronologie
     Glossaire

  Initiation à la Paléontologie



CAIRANOOLITHUS DUGHII
 


Les oeufs de Dinosaures Initiation à la Paléontologie

  La montagne Sainte-Victoire


 

Les travaux de G.Garcia et M.Vianey-Liaud ont mis en évidence plusieurs oofamilles  dans les séries continentales du Crétacé supérieur du Midi de la France. Parmi elles les Megaloolithidae sont les plus diversifiées avec 8 espèces appartenant à deux genres différents. La famille Megaloolithidae a été défini par Zhao ( 1975 ) pour définir les oeufs à ornementation tuberculé du crétacé supérieur français. Par la site les travaux de Vianey-Liaud et al.( 1994) ont permis de redéfinir et de proposer une espèce-type Megaloolithus mamillare du Maastrichtien terminal des environs de Rousset-sur-Arc, non loin d'Aix-en-Provence.  " Les Megaloolithidae appartiennent au morphotype dicrétisphérulithique caractérisé par des unités cristallines en éventail, des stries de croissance semi-concentriques et des canaux aérifères  de type tubocanaliculé " ( Garcia C. & Vianey-Liaud M., 2001, p. 187 ).

Cairanoolithus ( = Dughioolithus ( Vianey-Liaud et al. , 1994 ) , ( Garcia & Vianey-Liaud , 2001, p.189 ) ): " Megaloolithidae with tuberculate to nearly smooth outer surface ; nearly columnar units but not completely interlocking; growth lines horizontal in the interlocking shell units, slightly arched in the single units ; straight canals ; eggshell thickness ranges from 1,40 to 2,65mm; spherical eggs ( 15-18 cm ) " ( Garcia & Vianey-Liaud , 2001 , p. 186 ).

 

Gisement-type :

La Cairanne à l'ouest de Rousset-sur-Arc (Bouches-du-Rhône , France) (Penner, 1983 ; Williams , Seymour et Kerourio , 1984 ; Vianey-Liaud et alii , 1994 .

Autres gisements :

Roques-Hautes / Les Grands - Creux , Zone industrielle des Cadestaux (Vitrolles) , etc ... Cairanoolithus est aussi attesté dans les synclinaux varois  (Saint-Martin-des-Pallières , Sillans-la-Cascade , Fox-Amphoux ( Métisson , Basségat , etc... ) où il caractérise le Rognacien inférieur . Il est rognacien , sans autre précision stratigraphique , au pied de la Montagne Noire  ( Castigno dans l'Hérault ).Il est attesté dans le Rognacien de Rennes-le-Château ( Aude ) sous l'appellation : " RT-1A"  (Beetschen , 1986 , p.118-119 et fig. 3. Dans ce gisement il serait associé à un mode spécifique de nidification  ( Breton et alii , 1986 a et b , Cousin et alii , 1994 ). Il est signalé dans le bassin de Villeveyrac et dans la région d'Argelliers-Montarnaud dans l'Hérault (Vianey-Liaud et alii , 1994 , p. 171 ).

Age :

Rognacien inférieur ( Maastrichtien inférieur ).Dans le bassin d'Aix-en-Provence et les régions voisines , Cairanoolithus est cantonné dans des niveaux marneux , marno-calcaires ou bréchiques situés entre 100 et 50 mètres en dessous de la formation dite " Calcaire de Rognac ".C'est l'ootype le plus fréquemment attesté dans le Rognacien inférieur. Le Calcaire de Rognac constitue la limite supérieure de sa répartition stratigraphique .

 


a


b

Surface d'une coquille du type Cairanoolithus dughii ( Gisement de La Cairanne , Rousset-sur-Arc , Bouches-du-Rhône , France ) observée en lumière naturelle ( a ) et au microscope électronique à balayage ( b ). La surface de la coquille montre des nodes peu apparents , aplatis et assez largement espacés. Les orifices poraux sont localisés au fond des dépressions étroites et allongées qui se développent sur le pourtour des nodes .

 

Section radiale pratiquée dans une coquille du type Cairanoolithus dughii ( Gisement de La Cairanne , Rousset-sur-Arc , Bouches-du-Rhône , France ). L'épaisseur de la coquille est de 2,0 mm. Les unités cristallines qui composent l'architecture de la coquille sont droites , parallèles et largement fusionnées. Un canal aérifère est visible dans la partie droite de la photographie .

 

Description :

Les oeufs sont de forme sphérique .Leur volume moyen est de 2758 cm3. Il varie de 2415 à 2918 cm3.La ponte comprend quatre à huit oeufs disposés  sur un à trois niveaux . Des " pontes " d'une vingtaine d'oeufs signalées dans le gisement de la Z.A.C Sextius-Mirabeau à Aix-en-Provence sont probablement le résultat de nidifications successives sur le même site .La surface externe de la coquille est fréquemment lisse ou presque lisse. Seulement 5 % des colonnes cristallines donnent naissance à des nodes .Ces derniers  ( diamètre variant de 0,5 à 1,0 mm ) sont peu apparents , aplatis , largement espacés .Ils peuvent parfois fusionner pour donner naissance à des crêtes étroites et sinueuses. Ces variations dans l'ornementation semblent varier pour un même spécimen selon que l'on observe des fragments de coquille provenant de la zone équatoriale ou des zones polaires .L'épaisseur de la coquille varie de 1,5 à 2,4 mm . L'étude de sections radiales révèle un haut degré de fusion entre unités cristallines adjacentes. Les unités cristallines sont droites , parallèles et leurs contours demeurent très indistincts dans toute l'épaisseur de la couche columnaire. Cette partie de la coquille est traversée par un réseau dense de "lignes de croissance " sub-horizontales .Les canaux aérifères sont droits , étroits et non branchus .la surface interne présente un réseau dense de petites mamilles  (diamètre moyen : 0,3 mm ).L'examen d'une section tangentielle pratiquée dans la partie médiane de la couche columnaire révèle la présence de pores de section circulaire isolés , sauf à proximité des nodes où ces orifices poraux sont parfois localisés au fond de dépressions étroites et allongés pouvant regrouper trois ou quatre pores .En section tangentielle et sous éclairage polarisé , les colonnes cristallines ont l' apparence de structures polygonales aux contours irréguliers .

 

Cairanoolithus dughii . Section radiale observée en lumière polarisée . Rognacien inférieur du gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux ( commune de Beaurecueil , Bouches-du-Rhône , France ). Epaisseur de la coquille : 1,8 mm.

 

Cairanoolithus dughii . Section radiale observée en lumière naturelle et en lumière polarisée . Rognacien inférieur du gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux (commune de Beaurecueil , Bouches-du-Rhône , France ). Epaisseur de la coquille : 2 mm.

 

Ce type d'oeuf fossile a été décrit , pour la premère fois , par Van Straelen et Denaeyer  (1923) d'après un matériel  ( fragments de coquilles d'oeufs ) envoyé par un érudit local , M. Derognat  et provenant du Rognacien du Vallon-du-Duc à Velaux ( Bouches-du-Rhône ) (Derognat ,1935 a et b ). La microstrucutre de la coquille a été étudiée par Penner ( 1983 ) et Williams et alii ( 1984 ) , d'après des oeufs entiers et des coquilles d'oeufs provenant du gisement de La Cairanne découvert par Ph. Kerourio en 1978 et signalé par son inventeur aux auteurs précédemment cités .C'est sur la base d'un matériel provenant de ce même gisement que Vianey-Liaud et alii ont établi l'ootype Cairanoolithus ( 1994 , p. 171 et suivantes ).Vianey-Liaud et alii (1994) signale un deuxième ootype Dughioolithus roussetensis dans des niveaux sous-jacents au Calcaire de Rognac. Les ressemblances morphologiques et microstructurales étroites avec Cairanoolithus dughii nous conduisent à considérer l'ootype Dughioolithus roussetensis comme non valide. Les dissemblances constatées semblent devoir être imputées à des variations microstructurales de nature intra-spécifique .

 

Cairanoolithus aff. dughii . Section radiale observée en lumière naturelle . Rognacien inférieur du gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux ( commune de Beaurecueil , Bouches-du-Rhône , France ). Epaisseur de la coquille : 2 mm.

 

Cairanoolithus aff. dughii ( même spécimen que précédemment ) . Section radiale observée en lumière polarisée . Rognacien inférieur du gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux ( commune de Beaurecueil , Bouches-du-Rhône , France ). Epaisseur de la coquille : 2 mm.

 

Matériel :

Aix-en-Provence ( Muséum d'Histoire Naturelle ) : - deux oeufs ( écrasés ) collectés par Dughi et Sirugue dans le gisement de Roques-Hautes / Les Grands Creux ( Commune de Beaurecueil ) en 1957 ( 17x 12 cm et 16x 12 cm ), - de nombreux oeufs complets ou sub-complets , dont certains regroupés en pontes , retrouvés en 1998-2000 dans le gisement de la Z.A.C Sextius-Mirabeau ( Aix-en-Provence ).Tous ces spécimens ont en commun un état de conservation très médiocre. Ils sont déformés , parfois écrasés sous l'effet de phénomènes de compression ayant affecté les niveaux fossilifères et liés aux répercussions locales de la tectogenèse alpine.

Marseille ( Muséum d'Histoire Naturelle ) : un groupe de deux oeufs  ( 18 x 14 cm et 16x15 cm ) collecté par Ph. Kerourio en 1981 sur le gisement de La Cairanne (Rousset-sur-Arc ) et appartenant à la même ponte.

 

 

" Page d'accueil "  en plein écran !
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre ! ) 

 


Accueil  |  Historique des recherches  |  Les différents types d'oeufs  |  La fossilisation des oeufs | Les nids de Dinosaures | Les oeufs et l'extinction des Dinosaures | Glossaire

CETTE PAGE A ETE MISE A JOUR LE 11/06/04.

Copyright © 2004 Ph. Kerourio. All rights reserved

 

/