Make your own free website on Tripod.com
Nidification
      Accèder             Naviguer               Consulter             Trouver            Etudier

   

 

  Plan du site

  L'historique des découvertes

  La classification des oeufs fossiles

  Le catalogue des types d'oeufs

  La fossilisation des oeufs
  La conductance des coquilles d'oeufs
  Les nids de Dinosaures
  L'attribution taxonomique

  La pathologie des oeufs

  Les oeufs et l'extinction des Dinosaures

  Les gisements
    Bibliographie
    Géochronologie
     Glossaire

  Initiation à la Paléontologie



Glossaire
 


Les oeufs de Dinosaures Initiation à la Paléontologie

  La montagne Sainte-Victoire



 

 

La partie occidentale du bassin d'Aix-en-Provence ( synclinal de l'Arc , Bouches-du-Rhône ). A l'horizon lointain et dans la partie supérieure gauche de l'image la montagne Sainte-Victoire (plissement anticlinal ) dominant vers le sud l'escarpement du Cengle (Eocène continental ).Le plateau est couronné d'une barre de calcaire lacustre blanc (formation dite " Calcaire de Saint-Marc "  ). La partie du bassin visible au centre de la photographie est occupée par des marnes rouges d'âge Crétacé supérieur et Paléocène .

 

A / B / C / D / E / F / G / H / I / J / K / L / M / N / O / P / Q / R / S / T / U / V / W / X / Y / Z

 

-A

ABELISAURIDAE : Les Abelisauridae constituent une famille de Dinosaures théropodes largement répartie sur les continents de l'ancien Gondwana ( Amérique du Sud , Madagascar , Inde et Europe ). Ce genre a été établi par Bonaparte et Novas en 1985 pour inclure un dinosaure du Crétacé supérieur de Patagonie Abelisaurus comahuensis. La liste des Abelisauridae s'est accrue rapidement : Carnotaurus sastrei ( Bonaparte et al. , 1990 ) , Xenotarsosaurus bonapartei ( Martinez et al. , 1986 ) , Indosaurus matleyi et Indosuchus raptorius ( Chatterjee , 1978 ; Bonaparte , 1991 ). Les calcaires fuvéliens (Campanien ) du Beausset ( Var ) ont livré quelques vestiges osseux d'un genre et d'une espèce nouvelle d'abelisauridé : Tarascosaurus salluvicus ( Buffetaut & Le Loeuff , 1991 ). Par ailleurs Les sédiments continentaux du Maastrichtien du bassin d'Aix-en-Provence ont livré une partie du maxillaire d'un abelisauridae de grande taille ( Buffetaut , Méchin  & Méchin-Salessy , 1988 ). Il est probable qu'une partie des pièces osseuses anciennement attribuées à Megalosaurus pannoniensis ( Lapparent , 1947 ) et provenant de divers gisements crétacés du Midi de la France doit être attribuée à ce genre nouveau .

abelisauroidea silhouette.gif (1487 octets)

AMPELOSAURUS : du Grec " Ampelos " : le vignoble et " sauros " : le reptile . (Ampelosaurus atacis ( de Atax : la rivière Aude ).Ce nom désigne un Dinosaure sauropode de la famille des Titanosauridae dont les ossements ont été retrouvés en grand nombre dans les marnes rouges du gisement de Bellevue ( Campagne-sur-Aude , Aude , France ) ( Maastrichtien inférieur ).Ce Dinosaure , très voisin de Titanosaurus , et probablement apparenté à Hypselosaurus , avoisinait quinze mètres de longueur totale .Comme beaucoup de Titanosauridae , A. Atacis semble avoir été recouvert d'une véritable armure osseuse formée d'ostéodermes de 25 à 28 centimètres de long ( Le Loeuff , 1995 ).

titanosauria silhouette.gif (1348 octets)

 

ANKYLOSAURE : Ce sont des Dinosaures thyréophores possédant une armure formée de plaques osseuses ( ostéodermes ) couvrant le crâne , le dos , les flancs ainsi que la queue . Ils sont divisés en deux familles : les Nodosauridae ( famille à laquelle appartient Struthiosaurus lugdunensis ) et les Ankylosauria . Ces derniers se signalent par une boule osseuse située à l'extrémité de la queue et que l'animal devait utiliser comme une massue afin de se prémunir contre les attaques des prédateurs .

AZOIQUE : Adjectif signifiant dépourvu de fossiles.

 

-B

BASTUS : Le gisement de Bastus est localisé dans les argilites rouges de la formation Aren ( Maastrichtien supérieur , Crétacé supérieur ) de la province de Lérida ( Nord-est de l'Espagne ). Selon les évaluations de ses inventeurs ( Sanz et al. , 1995 ) le gisement fossilifère représente un volume global de 12000 m3 et contient un nombre considérable de fragments de coquilles d'œufs fossiles ( environ 0 , 5 % du volume total ). Le nombre d'œufs de dinosauriens déposés dans ces niveaux est évalué à environ 300 000. L'affleurement étudié a livré 24 pontes , la plupart comprenant deux ou trois œufs ,avec un maximum de 7 .Cette extrême densité des pontes est considérée comme un indice sérieux en faveur d'une  fréquentation cyclique des aires de ponte par les dinosaures. Un autre trait inhabituel du gisement est de correspondre à une plage marine , alors que la plupart de sites connus à l'heure actuelle se rattachent à des dépôts continentaux ( sols de plaines ou berges exondées de grands fleuves ).

BEGUDE ( LA … ) : Lieu-dit éponyme   situé sur la commune de Fuveau , à 1 kilomètre à l'ouest du village , entre ce dernier et la route nationale 96 ( côte 301 ).Ce lieu inspira L.VILLOT ( 1883 ) pour désigner des formations continentales et lacustres de la Provence occidentale sus-jacentes au niveaux fuvéliens. Cette série sédimentaire est bien visible le long de la route nationale 96, depuis l'embranchement de la D.45 vers Gréasque jusqu'au niveau de la voie ferrée Gardanne-Brignoles

BEGUDIEN : Cet étage est l'équivalent continental dans le Midi méditerranéen français du Maastrichtien inférieur ( Crétacé supérieur ).Il est nommé pour la première fois par Villot en 1883, mais c'est Collot ( 1890 ) qui emploie le terme " d'assise de La Bégude " et en donne une coupe commentée et illustrée intitulée : " Coupe des couches de La Bégude , près de Fuveau , le long de la route de Sisteron à Toulon " ( 1890 , p.63 ).Le stratotype se situe le long de la route nationale 96 , non loin de Fuveau , entre l'embranchement de la D.45 vers Gréasque et la voie ferrée Gardanne- Brignoles .La coupe présente une succession de calcaires et d'argilites correspondant à des dépôts fluviatiles et lacustres. Le Bégudien est limité à sa base par le Fuvélien ( équivalent méditerranéen et continental du Campanien ) et à son sommet par le Rognacien ( équivalent régional du Maastrichtien supérieur à faciès continental ).La limite entre les deux étages est souvent peu apparente ce qui conduit à évoquer fréquemment un étage Bégudo-Rognacien. L'âge est compris entre -70 et -65 millions d'années .Les niveaux bégudiens livrent fréquemment des ossements et des œufs fossilisés attribués à des dinosauriens.

 

RN96 stratotype Begudien auteur : Ph.Kerourio , reproduction interdite.jpg (122171 octets)

Affleurements marno-calcaires le long de la route nationale 96 à l'ouest de Fuveau . Cette série sédimentaire qui se développe sur quelques kilomètres constitue le stratotype du Bégudien.

 

BRECHE : Le terme est issu de l'italien " breccia " = pierre cassée . La brèche est une roche formée pour 50 % au moins d'élements anguleux  de diamètre supérieur à 2 mm pris dans un ciment . La brèche est dite " monogénique " si tous les éléments constitutifs sont de même nature et " polygénique " dans le cas contraire. Dans le bassin d'Aix-en-Provence les formations brèchiques caractérisent les niveaux terminaux du Crétacé ainsi que la base de l'Eocène dans la partie septentrionale du secteur ( piémont de la Montagne Sainte-Victoire ).Ces brèches sont dites " tectoniques " car elles sont le résultat de la fragmentation de roches sous l'effet d'une tectogenèse active , les débris ayant cimentés sur place .Ces phases cycliques de réactivation tectonique sont probablement liées à l'orogenèse alpine .Le ciment était issu de la précipitation chimique des eaux circulant dans la zone broyée. Connues sour l'appellation impropre de " marbre " , ces brèches ont fait l'effet d'une exploitation intensive dès le XVIIe siècle et jusqu'au début du XXe siècle.

 

-C

CHRONOSTRATIGRAPHIE : C'est l'élément de la stratigraphie qui se rapporte à l'âge des couches et à leur relation dans le temps.

CLASSIFICATION : En Zoologie c'est l'action d'ordonner les animaux en groupes , c'est-à-dire de les distribuer par catégories en fonction de leurs relations de parenté .

COUCHE MAMILLAIRE ( en anglais : " MAMILLARY-LAYER " ) : Elle constitue la partie inférieure de la partie calcifiée de la coquille de l'œuf.Elle est composée par la juxtaposition de nombreuses petites structures coniques : les mamilles ( en anglais : " knob " ou " mamilla " ) qui ont une forme ovale ou circulaire en section radiale.Ces mamilles sont étroitement agglomérées , serrées les unes contre les autres et disposées sur une seule couche.Le diamètre de chaque mamille décroît régulièrement vers la base .Cette dernière se trouvant souvent incluse dans la partie supérieure de la membrane coquillère.Des espaces interstitiels existent entre chaque mamille.Ils permettent la diffusion de l'air véhiculé par les caneaux aérifères sus-jacents.Une mamille est un agrégat de matière minérale non cristallisée .Un nucléus de matrice organique est situé à la base de la mamille.La forme, les dimensions et l'arrangement des mamilles peuvent varier considérablement d'une espèce animal à une autre.

COUCHE SPONGIEUSE ( en anglais : " SPONGY-LAYER " ) , c'est la couche calcifiée qui se surimpose à la couche mamillaire. Elle constitue généralement la plus grande partie de la coquille. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer son appellation , cette couche est très compacte même si elle est traversée par de nombreux canaux aérifères débouchant en pores à la surface externe. Ce n'est que lorsque la coquille subit une décalcification à l'acide qu'elle revêt un aspect spongieux. Elle peut affecter une structure columnaire ( juxtaposition selon des modes et des angles variés ) de colonnes prismatiques issus de la couche mamillaire

CRETACE : Du latin " creta " = craie   ( J. B Omalius d'Halloy , 1822 ).C'est la dernière période de l'ère Secondaire allant de - 137 à - 65 millions d'années , au cours de laquelle le climat planétaire particulièrement chaud  permit le développement massif de plancton ( bancs de craie ) et aussi celui des grands reptiles aquatiques et terrestres.Cette période est souvent divisée en Crétacé inférieur et Crétacé supérieur , la limite se situant entre l'Albien et le Cénomanien .

 

-D

DROMAEOSAURUS : " Reptile agile " , du grec " dramaios " = agile à la course et " sauros " = reptile. Dromaesaurus est un petit Dinosaure coelurosaurien du Crétacé terminal. Son poids peut être estimé à une quarantaine de kilos pour une longueur totale d'environ 2m 50 à 3 mètres.C'était un reptile bipède carnivore munie de dents petites et tranchantes ainsi que d'une griffe recourbée et acérée à l'extrémité du doigt interne de chaque pied. Le cou de l'animal était plutôt long , mais étroit et puissant. Dromaeosaurus avait un crâne large contenant un cerveau assez volumineux ainsi que grandes cavités oculaires. Dromaeosaurus a été identifié pour la première fois dans le Crétacé supérieur de l'Amérique du Nord ( Alberta , Canada ).Ce petit théropode est connu depuis peu en Provence par deux genres distincts . Le premier genre est représenté par vertèbres et des os des membres découverts dans le gisement des Grands-Creux ( Bouches-du-Rhône ) et dans la région de Fox-Amphoux ( Var) , ainsi que de nombreuses dents isolées provenant du Rognacien inférieur des environs de Trets et de Vitrolles ( Bouches-du-Rhône ). Sur la base de ces vestiges E. Buffetaut et J. Le Loeuff ont érigé un nouveau genre et une nouvelle espèce : Variraptor mechinorum ( " le voleur du Var " , " mechinorum " en hommage à P. et A. Méchin inventeurs d'une grande partie du matériel osseux connu à l'heure actuelle. Plus récemment ( 2000 ) Ronan et Taquet ont décrit un nouveau genre de Dromaesauridae d'après l'étude de plusieurs pièces osseuses (phalanges unguéales , métatarse , dents et ulna ) découvertes dans les sédiments bégudiens du gisement de La Boucharde ( Sud-est de Trets ( Bouches-du-Rhône ) . Ces mêmes auteurs considèrent Variraptor mechinorum comme nomen dubium .

Classification : Coelurosauria , Theropoda , Saurischia

deinonychosauria silhouette.gif (1369 octets)

 

-E

EOCENE : Division de l'ére Tertiaire . L'étymologie de ce mot vient de " Eos " = aurore et " Kainos " = récent .

ERE ( ou ERATHEME ) , du grec : " era " et " them " , l'ensemble signifiant " les dépôts d'une ére " ) : c'est la plus grande unité conventionnelle admise dans la hiérarchie chronostratigraphique . Les noms des ères ont été choisis afin de refléter les changements majeurs survenus dans l'évolution de la vie terrestre : le Paléozooique ( " vie ancienne " ) , le Mésozoique ( " vie intermédiaire " ) , le Cénozoique ( " vie récente " ).

ETAGE : C'est une unité chronostratigraphique (   cf . Chronostratigraphie  ) .C'est un intervalle relativement mineur et bref du temps géologique ( de 3 à 10 millions d'années ). Leur épaisseur dans les coches de référence peut varier de quelques mètres à plusieurs milliers de mètres. Beaucoup d'étages sont dotés de noms tirés de la géographie locale et faisant référence à un lieu existant à proximité de la coupe type ou de la région-type.

 

-F

FACIES : Caractérisation d'un terrain soit par la nature de la roche qui le compose (faciès lithologique ) , soit par les fossiles qu'il contient ( faciès paléontologique ).La détermination du faciès sert à retrouver les conditions de formation de la roche et les caractères du milieu correspondant : températures , profondeur des eaux , position de l'aire de sédimentation ( lac , littoral , … ) , conditions physico-chimiques de la sédimentation ( salinité , courants , … ) , composition de la communauté biologique dans le milieu de sédimentation , physiographie des paysages environnants ( détritiques , ioniques , … ), et des apports biologiques (communautés extérieures au milieu du dépôt).

FOSSILE CARACTERISTIQUE ( ou FOSSILE MARQUEUR ou FOSSILE STRATIGRAPHIQUE ) : C'est un fossile appartenant à une certaine espèce  ne se rencontrant que dans des niveaux bien déterminés  et donc caractéristique de l'époque à laquelle s'est déposé le sédiment formant le niveau en question. Par ailleurs un fossile caractéristique doit avoir vécu durant un temps limité et se caractériser par une vaste répartition géographique . Découvrir des fossiles caractéristiques dans des niveaux  géographiquement très éloignés   constituera la preuve que leur dépôt a eu lieu au même moment et que leur ancienneté est identique .

FUVEAU : localité éponyme située dans le département des Bouches-du-Rhône à une quinzaine de kilomètres au sud d'Aix-en-Provence. Le nom du village a inspiré le géologue Ph. Matheron dans le choix de l'appellation de son étage " Fuvélien " en mars 1878.Les affleurements attribués à cet étage sont particulièrement bien représentés et bien visibles dans les parages de Fuveau où ils forment une auréole au nord du massif du Regaignas (partie méridionale du bassin d'Aix-en-Provence).La coupe type du Fuvélien donnée en 1890 par L. Collot se situe sur la R.N 96 entre le nord-est de La Pomme et le Jas de Bassas (carrefour avec la D.45 vers Gréasque )

 

-G

GARGANTUAVIS : de " Gargantua "  : le géant du folklore français rendu célèbre par les écrits de Rabelais et "  avis "  = du latin signifiant oiseau. Ce terme désigne un grand oiseau aptère contemporain des derniers Dinosaures provençaux et décrit par Buffetaut et Le Loeuff en 1998. Le nom spécifique " Gargantuavis philoinos " = " qui aime le vin " , car le site de découverte des restes osseux de cet oiseau est implanté au milieu de vignes .Cet animal est connu à l'heure actuelle par un synsacrum , un ilion partiel et un fémur droit .Ces trois pièces proviennent du gisement de Bellevue à Campagne-sur-Aude (Aude ) où elles ont été retrouvées dans des formations continentales ( dépôts fluviatiles ) associées à des restes de sauropodes titanosauridés et à ceux de l'ornithopode Rhadodon.Le gisement de Fox-Amphoux ( Var ) a aussi livré un synsacrum pouvant être rattaché à cette espèce .Sur la base de l'étude des ossements Gargantuavis est considéré comme un grand oiseau aptère d'un poids estimé à environ 140 kilos , soit l'équivalent d'une poids d'une autruche adulte moderne. Il ressemble par certains traits à Patagoptéryx du Crétacé supérieur d'Argentine ou de grands oiseaux aptères plus récents ( Eocène )comme Diatryma .La découverte de cet animal relance le problème (et la contreverse ) de l'attribution taxonomique des œufs fossiles trouvés en grand nombre dans les niveaux contemporains de Gargantuavis. Il n'est pas exclu que certains de ces œufs aient été déposés par ces grands oiseaux aptères .

Classification : Ornithothoraces , Aves

GRES : du français " griot " = gravier . Le grès est une roche sédimentaire détritique terrigène composée à 85 % au moins de grains de quartz plus ou moins arrondis  de 1/16 de mm à 2 mm. Dans le bassin d'Aix-en-Provence , et surtout dans les niveaux bégudo-rognaciens de sa partie orientale , les grès à ciment siliceux  ( 98 à 99 % de SIO2 ) plus ou moins durs sont très fréquents. Leur configuration ( en lentilles ) et leur localisation  (interstratification dans des paléosols latéritiques ) permettent de les interpréter comme des paléochenaux creusés par les cours divagants de rivières et de fleuves à faible compétence .Ils contiennent fréquemment des ossements  de dinosauriens   .Ces derniers sont fréquemment isolés et incomplets , plus rarement groupés et intacts , et trés rarement en connexion anatomique. Cette dernière particularité laisse supposer un transport des pièces osseuses assez long ayant entraîné une dislocation des squelettes avant leur échouage dans le bras mort d'un cours d'eau.

 

-H

HYPSELOSAURUS : " Saurien haut " du grec Hypselos = haut et sauros = saurien en référence à sa grande taille . C'est Matheron qui érigea Hypselosaurus priscus au rang d'espèce nouvelle sur la base de quelques ossements récoltés dans le Maastrichtien supérieur des environs de Rognac ( Bouches-du-Rhône , France ) ( Matheron , 1869 ) .Le matériel type consiste en trois vertèbres caudales, une fibula et les fragments d'un fémur et d'un tibia.Depuis des pièces nouvelles ont été récoltés en divers gisements du Crétacé supérieur provençal ( Saint -Estève -Janson ( Bouches-du-Rhône ) , Pourcieux et Fox-Amphoux ( Var ).Ces découvertes n'ont encore fait l'objet d'aucune description détaillée.Hypselosaurus priscus est un petit sauropode du Crétacé terminal européen .Il est très semblable à Titanosaurus.Sa longueur totale est estimée à 10,5 mètres pour un poids de l'ordre de 10 tonnes .Il ne peut cependant être défini de manière plus claire à partir des quelques restes osseux décrits par Matheron. Certains chercheurs contemporains s'accordent à considérer le nom d'  " Hypselosaurus " comme douteux et non utilisable ( nomen dubium ).

Classification : Sauropoda , Sauropodomorpha , Saurischia

titanosauria silhouette.gif (1348 octets)

 

-L

LIGNITE : roche sédimentaire stratifiée servant de combustible, le lignite est une variété de charbon contenant  de 70 à 75 % de carbone ( contre 85 % pour la houille ) et parfois des débris ligneux bien reconnaissables d'où son nom. Dans le bassin d'Aix-en-Provence les lignites fuvéliens ( Campanien ) de Gardanne-Fuveau sont exploités depuis longtemps. Cette " houille " a une teneur élevée en matières volatiles ( 35 à 47 % ) , en soufre ( 30 à 10 % ) et un pouvoir calorifique pouvant atteindre 6500 calories. Les couches de lignite sont incluses dans un complexe marno-calcaire d'une puissance pouvant atteindre 300 mètres dan sla région de Gardanne. La malacofaune associée est riche , elle comprend : Campylostylus galloprovincialis , Melania praelonga , Viviparus bosqui , Cyclotus heberti , Corbicula cuneata , C. concinna , Unio galloprovincialis .On y trouve aussi des végétaux   aquatiques ( Nelumbium , Pistia ) et plus rarement des espèces terrestres (Flabellaria , Sequoia ) ainsi que des fougères . Les vertébrés aquatiques y sont fréquents (chéloniens et cocodiliens ).

LOCALITE -TYPE : La localité type d'une unité stratigraphique ou d'une limite stratigraphique est l'emplacement géographique où est situé le stratotype c'est à dire la localité où l'entité en question a été définie et nommée.

 

-M

MAMILLARY-LAYER : cf. - COUCHE-MAMILLAIRE

MARNE : C'est une roche sédimentaire constituée d'un mélange de calcaire et d'argile  (pour 30 à 65 % ). Les marnes sont moins compactes que les calcaires et moins plastiques que les argiles.Elles sont à grains et ont souvent un aspect terreux. Elles forment l'essentiel des sols rouges  ( colorés par des oxydes ferriques ) qui caractérisent le Crétacé supérieur et l'Eocéne du bassin d'Aix-en-Provence et des régions limitrophes. La présence des oxydes de fer est liée à l'érosion des  roches environnantes. Ces marnes correspondent à des épanchements de limons ( terre ou sable fin ) qui se déposaient dans le synclinal de l'Arc à l'occasion des crues périodiques des grands fleuves qui traversaient alors cette région .Dans le bassin d'Aix-en-Provence , les oeufs fossiles sont pour l'essentiel localisés dans les niveaux marneux rouges .

 

-O

ŒUF : L'œuf reptilien et avien peut être considéré comme l'une des cellules reproductives les plus complexes et les plus hautement différenciées .Cet organisme se traduit par une interdépendance extrême entre structure et fonction. Au plus profond de l' intérieur de l'œuf la cellule vivante est enfermée dans une petite surface , le blastoderme , ce dernier étant en contact étroit avec le jaune et son énorme potentiel nutritif. Entourant ces éléments essentiels se trouve l'albumen une enveloppe semi-solide à texture élastique qui protège des chocs extérieurs et fait aussi fonction d'isolant. Ensemble le jaune et l'albumen fournissent les matériaux nécessaires au maintien en vie de l'embryon sur une période plus ou moins longue. La coquille calcifiée forme le dernier de ces boucliers protecteurs tout en remplissant une fonction majeure dans le maintien des échanges gazeux respiratoires nécessaires à la survie et au développement du jeune.

 

sauropod1z oeuf reconstitué.jpg (33790 octets)

 

 

-P

PORE : C'est une ouverture ovale ou circulaire disposée à la surface externe de la coquille et constituant le point d'aboutissement d'un canal aérifère .Les pores sont très nombreux à la surface d'une coquille d'œuf. Ils sont souvent distribués de manière inégale à la surface de la coquille. Leur densité est souvent plus forte dans la région équatoriale qu'aux régions polaires. Le canal aérifère revêt aussi une morphologie très variable suivant les espèces . Il peut être simple ( non branchu ) ou caractérisé par un diamètre variable et par des ramifications complexes ( branchu ).

POUDINGUE : Ce terme est issu de l'anglais : " pudding "  = gâteau traditionnel. Le poudingue est une roche détritique formée pour 50 % au moins d'éléments arrondis  (galets ) de diamètre supérieur à 2 mm et liés par un ciment. L'arrondi des galets est du à une usure mécanique ( transport fluviatile assez long , agitation par les vagues et les courants , ... ). Dans le bassin d'Aix-en-Provence , les niveaux terminaux du Crétacé  contiennent une puissante formation conglomératique dite " Poudingue de La Galante " qui est souvent considérée comme appartenant aux niveaux de transition Crétacé -Tertiaire .

 

-R

RHABDODON : " Dent cannelée " du grec " rhabdos "  = cannelure + " odon "  = dent en référence à la forme particulière de ses dents .Ce nom désigne un Ornithopode du Crétacé supérieur européen .Rhabdodon a d'abord été rattaché à la famille des Iguanodontidae en raison de certaines ressemblances avec Camptosaurus. Deux espèces sont attestées dans le Crétacé supérieur du Midi méditerranéen : Rhadodon priscus et R. septimanicus .On estime à 5 mètres la longueur totale de ce reptile bipède herbivore. La découverte d'un squelette presque complet dans le Crétacé terminal des environs de Vitrolles (Bouches-du-Rhône , France ( Garcia et al., 1999 )  ) montrent l'existence de caractères anatomiques rapprochant Rhadodon des Iguanodontia , ainsi que de l'Ornithopode Tenontosaurus tilleti du Crétacé inférieur d'Amérique du Nord.

Classification : Iguanodontidae , Ornithopoda , Ornithischia

ornithopoda rhabdodon silhouette.gif (1368 octets)

ROGNAC : Localité éponyme située dans le département des Bouches-du-Rhône , sur les rives orientales de l'Etang-de-Berre et à une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Aix-en-Provence .Le terme fut créé par L.Villot ( 1883 ) en référence à ce lieu pour désigner une succession sédimentaire formée de calcaires , de marnes et de grès succèdant au Bégudien .Villot n'a donné aucune référence sur la localisation précise de la coupe type.Les études récentes ( Babinot & Durand , 1980, p. 186-187 ) font référence à des coupes situées à l'est et au sud-ouest de Vitrolles ( localité limitrophe de Rognac ).

ROGNACIEN : Le terme désigne un étage correspondant au Maastrichtien continental (entre - 70 et - 65 millions d'années ).Cet étage est très utilisé dans le Midi méditerranéen français ( Provence et Languedoc ), mais aussi en Aquitaine méridionale , dans le Nord -Est de l'Espagne et au Pays Basque espagnol . Le terme a été utilisé pour la première fois Villot ( 1883 ) pour désigner des sédiments continentaux du bassin de Fuveau dans les Bouches-du-Rhône. La description lithologique de cet étage est due à Collot ( 1890 ) sur la base d'observations réalisées dans la région de Rognac et Velaux , sur les rives orientales de l'Etang de Berre ( Bouches-du-Rhône ).Les dépôts sédimentaires sont essentiellement d'argilites et de calcaires correspondant à des dépôts d'origine fluviatile ou lacustre. Le Rognacien est encadré par le Bégudien , à sa base , et le Vitrollien (calcaire de Vitrolles dans le bassin d'Aix ) qui appartient probablement au Paléocène (Tertiaire ).La limite supérieure de cet étage demeure mal définie. Elle semblerait se situer, sur la base de données paléontologiques , entre la formation conglomératique dite " Poudingue de la Galante " et le Calcaire de Vitrolles . L'ensemble de l'étage Rognacien est riche en ossements et surtout en œufs attribués à des dinosauriens.

 

Stratotype Rognacien de Rognac auteur : Ph.Kerourio , reproduction interdite.jpg (98834 octets)

Le Rognacien dans son stratotype ( lieu-dit Le Fouquet , bordure de la route départementale 55f , commune de Vitrolles , Bouches-du-Rhône ) . C'est sur la base d'observations réalisées dans la région de Rognac ( Bouches-du-Rhône ) que   Collot (1890 ) rédigea la première description lithologique de l'étage Rognacien , considéré aujourd'hui comme l'équivalent continental et local du Maastrichtien supérieur ( Crétacé supérieur ). L'entablement visible en arrière-plan est formé par le Calcaire dit de Rognac . Les niveaux sous-jacents ( zone boisée de la partie médiane de la photographie ) sont constituées d'une succession d'argiles et de grès rouges riches en oeufs et ossements de dinosauriens .

 

-S

SOUS-ETAGE : C'est une subdivision de l'étage.

SPONGY-LAYER : cf. - COUCHE-SPONGIEUSE

STRATIGRAPHIE : C'est la science des strates .Elle repose sur trois principes fondamentaux : - le principe de l'horizontalité ( géométrie originelle ) : les couches se déposent et restent horizontales sauf exceptions dues à des turbulences du milieu ou interventions de type biologique ( dépôts sur la plage avec des vagues , dépôts dans le lit d'un fleuve , … ). - le principe de superposition ( chronologie originelle ) : les couches se superposent dans leur ordre d'ancienneté. Toute couche superposée à une autre est la plus récente. - le principe d'identité paléontologique ( contemporaineité ) : deux formations qui renferment deux ensembles fauniques ou floristiques identiques sont du même âge . Le principe permet des corrélations donc des datations par delà les discontinuités .

STRATOTYPE : C'est le type originel d'une unité stratigraphique ayant un nom ou d'une limite stratigraphique identifié en tant qu'intervalle ou point spécifique dans une succession de couches géologiques et représentant l'étalon pour l'identification ou la définition de l'unité stratigraphique

STRUTHIOSAURUS : du grec " Struthio " = Autruche et " Sauros " = Reptile. C'est l'un des plus petits ankylosauriens connus .Cet herbivore quadrupède atteignait une longueur totale de 1 m50 à 1m 80.Struthiosaurus est probablement le dernier représentant de la famille des Nodosauridae. Il fut décrit pour la première fois sur la base d'un matériel incomplet provenant du Crétacé supérieur d'Autriche .Son crâne était dépourvu d'armure osseuse , mais comme les autres nodosauridés , le dos de Struthiosaurus était recouvert de petits écussons osseux ( ostéodermes ) , ses flanc étaient protégés par de longues épines et l'extrémité de sa queue était munie d'une lourde masse osseuse. Dans le Midi de la France , le premier paléontologiste à souligner l'existence de cet ankylosaurien fut Charles Depéret sur la base de quelques vestiges osseux retrouvés dans la région de Saint-Chinian ( Hérault ).C'est le paléontologue autrichien Franz Von Nopcsa qui établit le premier en 1929 les affinités taxonomiques de ce Dinosaure .Cet animal a reçu successivement divers noms : Rhodanosaurus , Danubiosaurus , Pleuropeltus , Rhadinosaurus , Crataeomus …Ce Dinosaure reste cependant trés mal connu car ses restes sont plutôt rares dans les gisements du Midi méditerranéen français : quelques ostéodermes , quelques ossements , des vertèbres isolées et quelques dents ont été retrouvés aussi bien dans les gisements varois que dans ceux de l'Aude .Des vestiges plus complets ( squelette partiel ) ont été retrouvés récemment dans le Campanien des environs de Villeveyrac ( Hérault ) , mais ils n'ont encore fait l'objet d'aucune description.

Classification : Nodosauridae , Ankylosauria ., Ornithischia

nodosauridae silhouette.gif (1536 octets)

 

SYSTEMATIQUE : C'est la science des classifications des êtres vivants .

 

-T

TAXON : Simpson en donne la définition suivante : " C'est un groupe d'organismes reconnu en tant qu'unité formelle à chacun des niveaux d'une classification hiérarchique ". Par exemple Canis lupus est un taxon de rang spécifique : les Canidae ( chien , loup , chacal ) forment également un taxon de rang familial .

TAXONOMIE ( ou TAXINOMIE ) : Simpson en donne la définition suivante : " Etude théorique des bases , principes , règles et lois de la classification " . Le terme de taxonomie a été créé par le botanniste De Candolle en 1813 .

TELMATOSAURUS ( du grec "  Telmatos "  = marais et " sauros "  = saurien ).Nom donné à un Hadrosaure primitif dont le crâne fut découvert en Transylvanie (bassin de Hateg , Roumanie ) en 1895 et décrit par le baron Franz Nopcsa ( 1900 ) sous l'appellation de Limnosaurus.Ce nom ayant été donné par Marsh à un crocodilien primitif ( 1872 ) , Nopcsa le remplaça par Hecatasaurus puis par Telmatosaurus.C'est à l'heure actuelle le seul représentant européen relativement bien connu de la famille des Dinosaures à bec de canard.Telmatosaurus est considéré comme une espèce relique dont l'évolution dans l'archipel européen de la fin du Crétacé s'est effectuée indépendamment de celle des autres hadrosauridae asiatiques et nord américains (Weishampel , Norman & Grigorescu , 1993 ).Telmatosaurus devait atteindre une longueur totale de 5 mètres pour un poids qui devait avoisiner les 500 kilos. 

Classification : Hadrosauridae , Ornithopoda , Ornithischia

edmontosaurini silhouette.gif (1410 octets)

TITANOSAURUS : " Saurien titan " nommé ainsi en réference aux Titans , une famille de géants dans la mythologie grecque ancienne. Ce nom désigne un grand dinosaure sauropode du Crétacé supérieur .Le premier spécimen fut décrit en 1877 par R. Lydekker d'après des ossements provenant du crétacé supérieur de l'Inde.Ces grands reptiles furent par la suite découverts en Patagonie ( Argentine ) , à Madagascar , ainsi que dans le Crétacé inférieur de l'île de Wight ( Royaume-Uni ).C'est De Lapparent qui reconnut en 1947 la présence de Titanosaurus dans le Crétacé supérieur du Sud de la France. Mais les caractères cités par De Lapparent pour justifier cette attribution taxonomique sont discutés à l'heure actuelle par divers chercheurs .Ce reptile quadrupède herbivore ressemblait au Diplodocus du Jurassique supérieur de l'Amérique du Nord mais il en diffère par une taille plus petite , un corps plus massif et par la présence de six vertèbres dans la zone pelvienne au lieu de cinq chez Diplodocus. Titanosaurus possédait probablement des ostéodermes disposés dans la région dorsale et formant une sorte d'armure protectrice. Ce reptile est l'un des derniers sauropodes .Il est connu par de nombreux vestiges découverts en Inde, en Afrique et en Amérique du Sud. Un squelette presque complet a été découvert en Argentine .L'animal devait atteindre une longueur totale de 18 à 20 mètres .

Classification : Sauropoda , Sauropodomorpha , Saurischia

titanosauria silhouette.gif (1348 octets)

 

THEROPODE : Groupe de Dinosaures carnivores généralement bipèdes , aux membres antérieurs courts , aux doigts pourvus de griffes et aux mâchoires garnies de dents tranchantes et crênelées .On distingue plusieurs groupes plus ou bien définis de Théropodes : les Ceratosauria ( il est possible que les Abelisauridae soient dérivés de ce groupe ) , les Carnosauria , les Coelurosauria , ainsi que les Spinosauridae .

 

-V

VITROLLES : Localité éponyme située dans les Bouches-du-Rhône , sur les rives orientales de l'Etang de Berre et non loin de Rognac ( une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Aix-en-Provence ). Le géologue provençal Ph. Matheron s'inspira de cette appellation pour nommer des formations calcaréo-marneuses sus-jacentes au Calcaire de Rognac et qu'il considérait comme d'âge Crétacé .Des études ultérieures devaient prouver leur appartenance à l'ére Tertiaire. Matheron ne donne pas la localisation de la coupe-type .Des études contemporaines ont pris comme référence les successions sédimentaires visibles immédiatement à l'est du village de Vitrolles ( Chatelet , 1972 ).

VITROLLIEN : Cet étage est l'équivalent continental du Dano - Montien ( Tertiaire inférieur ) dans le Midi méditerranéen fnançais ( Provence , Languedoc , Corbières et Petites Pyrénées ).Il est décrit pour la première fois en mars 1878 par Philippe Matheron sur la base d'observations réalisées dans la région de Vitrolles ( rives orientales de l'Etang de Berre , Bouches-du-Rhône ). Matheron attribue au Vitrollien un âge crétacé .Cette datation est révisée en 1964 par Villatte qui attribue à cet étage un âge paléocène .L'équivalence avec le Montien a été établie par la découverte de Physa montensis (Vasseur , 1898 ).Cette datation sera confirmée par des études ultérieures dont celles de Freytet ( 1967 ) , Chatelet ( 1972 ) et Feist-Castel ( 1975 ). Les dépôts sont pour l'essentiel formés de calcaires et d'argiles rouges correspondant à des dépôts fluviatiles et lacustres . Le Vitrollien est limité à sa base par le Rognacien supérieur . Sa limite supérieure est difficile à préciser .Des études récentes ( Cavelier et Roger , 1980 ) la situent aux niveaux à Physa prisca et charophytes qui caractériseraient le Thanétien. L'âge peut être estimé entre - 65 et - 60 millions d'années .

 

Saltas~1.jpg (14911 octets)

Ampelosaurus atacis du Crétacé supérieur du Midi méditerranéen . Reconstitution ( Longueur totale : environ 12 mètres )

 

 

Accueil  |  Historique des recherches  |  Les différents types d'oeufs  |  La fossilisation des oeufs | Les nids de Dinosaures | Les oeufs et l'extinction des Dinosaures | Glossaire

CETTE PAGE A ETE MISE A JOUR LE 04/06/04.

Copyright © 2004 Ph. Kerourio. All rights reserved

 

/