Make your own free website on Tripod.com
             Accèder              Naviguer               Consulter              Trouver               Etudier

   

  Plan du site

  L'historique des découvertes

  La classification des oeufs fossiles

  Le catalogue des types d'oeufs

  La fossilisation des oeufs
  La conductance des coquilles d'oeufs
  Les nids de Dinosaures
  L'attribution taxonomique

  La pathologie des oeufs

  Les oeufs et l'extinction des Dinosaures

  Les gisements
    Bibliographie
    Géochronologie
     Glossaire

  Initiation à la Paléontologie



MEGALOOLITHUS AURELIENSIS
 


  Les oeufs de Dinosaures  Initiation à la Paléontologie

   La montagne Sainte-Victoire


 

Les travaux de G. Garcia et M. Vianey-Liaud ont mis en évidence plusieurs oofamilles  dans les séries continentales du Crétacé supérieur du Midi de la France. Parmi elles les Megaloolithidae sont les plus diversifiées avec 8 espèces appartenant à deux genres différents. La famille Megaloolithidae a été défini par Zhao ( 1975 ) pour définir les oeufs à ornementation tuberculé du crétacé supérieur français. Par la site les travaux de Vianey-Liaud et al.( 1994) ont permis de redéfinir et de proposer une espèce-type Megaloolithus mamillare du Maastrichtien terminal des environs de Rousset-sur-Arc, non loin d'Aix-en-Provence.  " Les Megaloolithidae appartiennent au morphotype dicrétisphérulithique caractérisé par des unités cristallines en éventail, des stries de croissance semi-concentriques et des canaux aérifères  de type tubocanaliculé " ( Garcia C. & Vianey-Liaud M., 2001, p. 187 )

L'ootype Megaloolithus aureliensis a été établi par Vianey-Liaud et al. ( 1994 ) sur la base de fragments de coquilles en provenance du gisement de Clos La Neuve  ( Commune de Trets ( Bouches-du-Rhône ). La diagnose ( modifiée en 2001) a été établie comme suit : " Megaloolithus with short fan-shaped units ; arched growth lines can be horizontal in the small area with flat outer surface ; thickness ranges to 0,75 to 1,52 mm; average node diameter about 0,5 mm; pore diameters between  50 and 10 um ; spherical eggs (until 20-22 cm ) " ( Garcia & Vianey-Liaud , 2001, p. 186 ).

Gisement-type :

Clos-La Neuve ( commune de Trets , Bouches-du-Rhône ) ( Vianey-Liaud et alii, 1994 , p. 166 et suiv. )

Age :

Dans le bassin d'Aix-en-Provence , ce type d'oeuf fossile caractérise le Bégudien supérieur ( Campanien ) de la région de Saint-Mître-les-Remparts et Istres (Bouches-du-Rhône ) ainsi que la base du Rognacien inférieur ( de 300 à 200 mètres sous le Calcaire de Rognac) du bassin d'Aix-en-Provence .Ces derniers niveaux étaient anciennement attribués au Bégudien ( Dughi et Sirugue 1958b , 1961 , 1976) .Ils sont actuellement datés du Rognacien inférieur ( carte géologique Aix , 1 50000e , XXXIII - 44 , B.R.G.M , Orléans , 1969 ).

Autres gisements :

Megaloolithus aureliensis est présent dans tous les gisements du bassin d'Aix-en-Provence localisés dans les niveaux de base du Rognacien inférieur. La position stratigraphique localisée de cet ootype est évidente dans le gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux ( commune de Beaurecueil , non loin d'Aix-en-Provence ) où les niveaux à Megaloolithus aureliensis constituent les niveaux de base du gisement. Cet ootype est aussi signalé dans le bassin de Villeveyrac et dans la région de Saint-Chinian ( Hérault ). Cette dernière localité (découverte par Ph. Kerourio 1980 ) a fourni des oeufs entiers dans des niveaux d'âge campanien ( 2 oeufs complets dans un grés rouge et provenant de ce gisement sont conservés au Muséum d'Histoire Naturelle du Havre ; 8 oeufs complets ou fragmentés sont aussi conservés dans les collections du laboratoire de Paléontologie des vertébrés de l'Université de Montpellier II ).

 

 

Megaloolithus aureliensis. Section radiale photographiée en lumière naturelle (Gisement de Sacaron , commune de Pourrières , bassin d'Aix-en-Provence , Var) L'épaisseur de la coquille est de 0,85 mm.

 

Megaloolithus aureliensis. Surface observée au microscope électronique à balayage (Gisement de Sacaron , commune de Pourrières , bassin d'Aix-en-Provence , Var) L'épaisseur de la coquille est de 0,85 mm.Les pores circulaires visibles sur la photographie ont un diamètre compris entre 0,9 et 0,16 mm .

 

Megaloolithus aureliensis. Même spécimen que précédemment . Surface observée au microscope électronique à balayage (Gisement de Sacaron , commune de Pourrières , bassin d'Aix-en-Provence , Var) L'épaisseur de la coquille est de 0,85 mm. Les pores circulaires visibles sur la photographie ont un diamètre compris entre 0,9 et 0,16 mm .

 

Description :

Les oeufs sont de forme sphérique .Leur volume moyen est de 2000 cm3. Il varie de 1721 à 2014 cm3. Les pontes comprennent quatre à six oeufs déposés sur un ou deux niveaux . L'épaisseur de la coquille varie de 0,7 à 1,5 mm ( 1,09 mm selon Garcia & Vianey Liaud , 2001,p.190, tabl.1 ) . La surface externe de la coquille présente des nodes irrégulièrement espacés  (diamètre moyen : 0,5 mm ). Ces nodes peuvent être coalescents. Ils forment alors des crêtes de contours et de forme irréguliers. Ils peuvent être séparés par des dépressions de 0,5 mm de large et jusqu'à 1 mm de long. Les ouvertures des pores sont circulaires. Elles s'ouvrent fréquemment au fond de fossés allongés et étroits ( jusqu'à 1 mm de longueur ) et pouvant comporter jusqu'à trois ouvertures porales. En structure radiale la structure columnaire est irrégulière  avec des colonnes cristallines de longueur et de largeur variables  et étroitement agglomérées. Les canaux aérifères sont non branchus , larges et de contours irréguliers. La surface interne présente un réseau dense de petites mamilles (diamètre moyen : 0,3mm).L'examen d'une section tangentielle de la partie médiane de la couche columnaire en lumière naturelle  révèle un assemblage de structures polygonales irrégulières  ( partie sommitale des colonnes cristallines )entre lesquelles on peut distinguer deux types de pores distincts : des petits pores de forme sub-circulaires en plan  ( diamètre variant de 0,9 à 0,16 mm ) et des pores se présentant sous la forme d'ouvertures allongées et irrégulières  ( 0,5 x 0,2 mm en moyenne ).

Ce type d'oeuf a été signalé pour la première fois par Dughi et Sirugue ( 1958 c ) d'après une ponte complète découverte en 1957 dans le Rognacien inférieur de la ferme de Genty (commune de Puyloubier, Bouches-du-Rhône) et conservée dans les collections paléontologiques du Muséum d'Histoire Naturelle d'Aix-en-Provence (Dughi et Sirugue , op.cit., p. 200 ).La microstructure a été étudiée pour la première fois par Williams , Seymour et Kerourio ( 1984 , p. 31 , fig.1-2 ).Une nouvelle étude par Vianey-Liaud et alii (1994 ) est à l'origine de la création de l'ootype Megalooolithus aureliensis .

 

Megaloolithus aureliensis. Section radiale photographiée en lumière naturelle (Gisement de Saint-Pons, commune de Pourrières , bassin d'Aix-en-Provence , Var ). L'épaisseur de la coquille est de 0,83 mm.

 

Megaloolithus aureliensis. Section radiale photographiée en lumière naturelle (Gisement de Massane , commune d'istres , rives occidentales de l'Etang de Berre, Bouches-du-Rhône ). L'épaisseur de la coquille est de 0,81 mm.

 

" Page d'accueil "  en plein écran !
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre ! ) 

 


Accueil  |  Historique des recherches  |  Les différents types d'oeufs  |  La fossilisation des oeufs | Les nids de Dinosaures | Les oeufs et l'extinction des Dinosaures | Glossaire

CETTE PAGE A ETE MISE A JOUR LE 11/06/04.

Copyright © 2004 Ph. Kerourio. All rights reserved

 

/